14 juin 2016

Retour sur le World Public Relations Forum 2016

Vue d'une partie du centre-ville de Toronto à partir d'un Q400 (Bombardier) au décollage de l'aéroport Billy-Bishop.
Je m'en serais voulu de ne pas avoir reparlé de l'édition 2016 du congrès national de la Société canadienne des relations publiques, jumelé au World Public Relations Forum.

C'est d'abord la dimension internationale qui a rendu l'événement fort intéressant et en appui à la thématique centrale de la rencontre: la communication à travers les cultures.

Parmi la panoplie de conférenciers, j'en retiens quelques-uns dont Jim Macnamara de la UTS (University of Technology, Sydney).  

Le professeur prône avec ardeur une véritable "architecture de l'écoute", pierre d'assise de la confiance, de l'engagement, du développement durable, de l'équité sociale et de la démocratie.

Toutefois, son étude (36 cas à travers trois pays) révèlent que les organisations ont toujours tendance à diffuser des messages plutôt qu'à écouter leurs parties prenantes. 

La communication bidirectionnelle, lorsqu'elle existe, demeure asymétrique dans la grande majorité des cas, c'est à dire qu'elle sert toujours d'abord des intérêts organisationnels. On pouvait bien s'en douter mais l'étude de Macnamara rappelle à quel point il reste du chemin à faire...

Téléchargez l'étude à partir de ce lien.

Fred Cook (CEO chez Golin et directeur du Center for Public Relations/USC) et Arun Sudhaman (rédacteur en-chef du Holmes Report) ont présenté en grande primeure leur Global Communications Report 2016.

En bref, il semble bien que la plupart des organisations ne soient pas disposées à changer aussi rapidement que leur environnement (l'écosystème médiatique, numérique et mobile).  

Au plan des ressources humaines, on y déplore l'accent sur des habiletés plus traditionnelles telle que la rédaction, au détriment de l'analyse de données, des sciences sociales ou de la création de contenu dans des formes multiples. 

Enfin, on semble déplorer aussi l'accent sur le "média mérité" au détriment du "média acheté" pour bonifier et amplifier tout message important. 

Stephen Waddington en dresse un bon compte rendu ici.

En matière d'organisations ayant un rayonnement international, je me dois aussi de souligner l'excellent panel réunissant John E. Betts de McDonald's Canada, Dianne Craig de Ford Canada et de Piers Handling, le directeur du Festival international du film de Toronto (TIFF). 

Animé par Gordon McIvor, les panélistes ont raconté, chacun à leur façon, à quel point une marque mondiale pose des défis au plan de la communication globale. J'ai vraiment été impressionné par la vision, l'analyse et le ton posé de Handling. Toronto peut en être fière !

J'ai également apprécié la présentation d'Alex Malouf sur les défis culturels et linguistiques des communicateurs travaillant sur des projets au Moyen-Orient. 

La présentation de Shilpa R Sharma, à propos de la question des valeurs en communication narrative (storytelling) est également digne de mention

Lors de ce PR World Forum 2016, j'ai eu l'occasion d'être assis à la même table qu'Éric Ruggerillo, CFO chez Bayer Canada et grand gagnant du COM Prix Award 2016 de la Global Alliance. Un véritable globe-trotter polyglotte et un homme très sympathique.
Eric Ruggerillo, moi même et Marc Angers de l'Université de Moncton.
Photo prise par Joanne Fortin d'IBM
Enfin, je tiens aussi à féliciter à nouveau tous les nouveaux membres agrées (ARP) du Québec dont Hélène Perrault et Éloi Courchesne, tous deux présents à Toronto, et à qui j'ai eu le plaisir de serrer la main.
Merci de votre lecture !

Patrice Leroux
 
Creative Commons License
patriceleroux by patrice leroux is licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.5 Canada License.
Based on a work at patriceleroux.blogspot.com.