31 mars 2015

Et la courtoisie ? Bordel !


Image: courtoisie de Chanpipat/freedigitalphotos.net

Je suis estomaqué par le manque de courtoisie - voire de politesse - élémentaire chez de nombreuses personnes qui tantôt me demandent un renseignement ou exigent un service. 

N'étant tout de même pas sensible à ce point (j'en ai vu bien d'autres dans ma vie), je me demande quelles peuvent être les conséquences, à moyen ou à long terme, de ce manque flagrant de savoir-être...

Il s'agit d'un phénomène que je trouve assez récent, de mon point de vue en tout cas, mais qui me taraude au point où je me décide à en faire un billet...

Par exemple, dans le cadre des projets de stage que j'approuve, j'écris (par courriel) aux futurs stagiaires ce qui est exigé et attendu de leur part en matière de remise de travaux, que je suis à leur disposition pour toute question liée à cette expérience de terrain ou en cas de pépin, leur souhaite bonne chance, que mon assistante va les inscrire au cours crédité, etc. 

Or, pour les trois derniers envois de cette nature, je n'ai reçu aucune rétroaction, aucun remerciement ni signe de vie (contrairement aux années passées...). 

Tout dernièrement encore, un ancien étudiant me demandait de lui faire parvenir un plan de cours de 2002 (oui, 2002!) pour une demande d'équivalence... Il m'a laissé un message téléphonique puis un courriel dans la même heure, et sans préciser, au début, le trimestre ni l'année du cours.... J'ai dû lui demander par écrit. Finalement, je trouve le plan en question et lui envoie... Pas un seul mot de sa part par la suite...

Dernier cas: une ancienne étudiante (une autre), par le biais de LinkedIn, me demande de lui fournir deux ou trois références d'entreprises "très fiables" en conception de sites web; elle veut proposer à son patron une refonte de site. 

Je lui envoie donc trois noms d'entreprises (petite, moyenne et grande) avec références et contacts; je souligne aussi les forces de chacune... Aucune réponse à la suite de mon envoi ! J'avais tout de même pris une bonne dizaine de minutes pour lui répondre (et peut-être même un peu plus...) 

Je trouvais cela tellement curieux que je lui ai réécrit après deux semaines pour savoir si elle avait bel et bien reçu ma réponse...sait-on jamais ! "Oui, dit-elle, désolée de n'avoir pas accusé réception... En fait, je n'ai pas réussi à convaincre mon patron de refaire le site." 

Curieux ! Parce-qu'elle n'a pas réussi à convaincre le patron, cela n'exigerait donc pas de dire un simple merci... Mes informations deviennent inutiles à ce point ? 

Qu'est-ce qu'on peut tirer de ce genre de comportement ? Est-ce la faute du  "numérique" où la relation demeure plus anonyme ?  Toutefois, cet anonymat apparent mène à des comportements autrement plus fâcheux qu'une simple absence de courtoisie...

Cependant, je persiste à croire que politesse et courtoisie rendront toujours de grands services à ceux et celles qui les appliqueront couramment; les deux marquent la mémoire d'autrui... 

S'agit-il d'une "compétence" (ou d'une marque de savoir-vivre) qu'on verra éventuellement disparaître ? Certainement pas, et ceux et celles qui y recourront sortiront du lot...

Qu'en pensez-vous ? Suis-je trop vieux jeu ?

Merci de votre lecture !

Patrice Leroux






 
Creative Commons License
patriceleroux by patrice leroux is licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 2.5 Canada License.
Based on a work at patriceleroux.blogspot.com.